Parc national Laguna del Tigre

Niché au cœur de l’épaisse forêt du Petén, dans le nord du pays, le Parc National Laguna del Tigre abrite de grands trésors guatémaltèques. Traverser la rivière Rio San Pedro, explorer la jungle, observer ses animaux et découvrir l’ancienne cité maya d’El Perú donnent réellement l’impression d’être un explorateur.

Au cœur de cette épaisse verdure, les singes hurleurs, les jaguars, les perroquets, les jabirus, les quetzals et les crocodiles fascinent tout autant que les sites archéologiques. Vivre cette expérience lors d’un voyage au Guatemala vous reconnecte avec l’environnement et ranime un esprit d’aventurier dans le cœur des amoureux de la nature.

Histoire

Près de cinq siècles avant notre ère, la cité de Waka’ a été construite à l’emplacement même de l’actuel Parc National Laguna del Tigre. Situé à proximité du fleuve Rio San Pedro, il s’agissait d’un important centre de négoce du nord du Guatemala. Ses habitants commerçaient du maïs, des haricots, du piment, des avocats, du caoutchouc, du jade ou encore des plumes de quetzals avec la grande ville de Tikal, la puissante cité de Calakmul, et même avec les Aztèques de Teotihuacan.

À son apogée, la cité comptait des dizaines de milliers de citoyens. Ils construisirent une importante pyramide au milieu de la ville où ils rendaient gloire au dieu Quetzalcóatl, un grand serpent à plume. Ils établirent d’autres lieux de culte, des zones résidentielles, et même un terrain où ils pratiquaient le jeu de balle.

Au cours du VIIe siècle, le seigneur de Waka’ forma une alliance avec la cité de Calakmul et trahit le roi de Tikal. Mais ce dernier n’avait pas dit son dernier mot. Tikal réaffirma sa puissance militaire et écrasa Calakmul au cours d’une guerre sanglante. Ce fut ensuite le tour de Waka’.

Au cours du VIIIe siècle, le seigneur de Waka’ fut capturé, décapité et offert en sacrifice. Son domaine, lui, fut complètement ravagé par ses adversaires. Il n’en subsista que des ruines.

La cité oubliée fut redécouverte au cours des années 1960. Elle suscita très vite l’intérêt des archéologues du monde entier.

En 1990, la richesse environnementale et culturelle du site ainsi que de ses environs poussa les autorités à créer le Parc National Laguna del Tigre. La Station Biologique Las Guacamayas, un centre dédié à la protection ainsi qu’à la recherche sur la faune et la flore locale, vit le jour en 1997.

Visite du parc national Laguna Del Tigre

Le Parc National Laguna del Tigre se trouve dans le nord du Guatemala, à 240 kilomètres de la ville de Flores. Cette aire protégée est notamment réputée pour son épaisse forêt, ses lagunes, son site archéologique, ses animaux ainsi que les communautés autochtones qui vivent dans la région. L’exploration de cette zone de 289 912 hectares commence par un passage au petit village de Pasa Caballos.

Pasa Caballos

Pasa Caballos se trouve à quatre heures de route de la ville de Flores. Ce petit hameau de 1 500 habitants est le principal point d’entrée vers le Parc National Lagune del Tigre. On y découvre quelques lieux d’habitation en brique ou en bois au cœur d’une épaisse verdure. À certains endroits, on se croirait dans un grand ranch. Des cavaliers au chapeau de paille chevauchent le long de la route.

Les habitants du village sont des descendants les Mayas Q'eqchí. On y entend parler de légendes concernant leurs ancêtres, de leur déportation au cours de l’histoire ou encore des ravages de l’exploitation pétrolière. Ils s’expriment dans une langue où se mélangent quelques mots d’espagnol et un dialecte à part. De là, avec un bon guide, on peut rejoindre le parc à bord d’une lancha ou en traversant la forêt pour se diriger vers la Station Biologique Las Guacamayas.

L’Estación Biológica Las Guacamayas

Ce centre de recherche sur l'environnement de Las Guacamayas se trouve à 30 minutes en bateau depuis le village de Pasa Caballos et à deux heures de marche de ce hameau. Au sein de ses beaux édifices, il offre un hébergement pour la nuit avec vue sur un magnifique jardin et sur la forêt. De là partent plusieurs pistes qui se perdent dans la jungle.

La piste du Mirador du Rio San Pedro mène vers un beau belvédère où la vue sur le parc est tout simplement impressionnante. Celui-ci se trouve à environ un kilomètre de la station Las Guacamayas.

Une autre voie mène au Guardianio Sitio El Perú. Ce centre de surveillance se trouve à 25 minutes de marche de la station. Depuis ce local, il faut compter environ deux heures de marche en pleine jungle pour arriver au site archéologique de Waka El Perú. En cours de route, une bifurcation permet de s’enfoncer dans la forêt pour aboutir aux lagunes du parc.

Waka-El Perú

Découvrir El Perú, ou l’ancienne cité de Waka’, est une expérience tout à fait à part. Ses gigantesques stèles, ses étranges tables, ses plateformes et sa grande pyramide sont fascinantes. Le guide vous raconte alors son histoire, la signification des visages sculptés sur ses pierres et l’organisation générale du site archéologique.

Sur la Plaza 1, au centre du site, se trouve une imposante pyramide à degrés de 18 mètres de haut. Ancien lieu de culte du dieu-serpent Quetzalcóatl, il renferme également plusieurs tombeaux qui font encore l’objet de fouilles archéologiques. On peut en apprendre plus sur l’histoire, les légendes, la culture et la religion de l’ancienne cité en observant d’autres vestiges éparpillés dans le secteur.

Une virée sur la rivière Rio San Pedro

Naviguer à bord d’une lancha est assez troublant au tout début, surtout avec les ballottements de la petite embarcation. Puis on s’y habitue. On apprécie alors la beauté de la forêt, les oiseaux migrateurs posés sur les arbres comme les perroquets guacamayas rouges, les quetzals ou encore les jabirus. Les couleurs vives de leurs plumages sont magnifiques. À certains endroits, on peut observer quelques crocodiles, l’air impassible, observant le bateau.

La randonnée en pleine forêt

Une balade en forêt fait découvrir les espèces animales qui vivent au sein du parc. L’air y est pur, chargé d’humidité, une odeur de mousse et plantes exotiques. L’impressionnante végétation de la jungle est réellement incroyable. Perchés sur les arbres, les singes hurleurs se tiennent généralement éloignés. Mais on entend de loin leurs cris. On peut également observer des jabirus, des perroquets ou encore des tapirs. Les explorations nocturnes permettent de contempler à distance les pumas, les jaguars, et même quelques chats-tigres rôder ici et là. Près des lagunes, on peut rencontrer quelques tortues des rivières et admirer de loin quelques crocodiles.

Le parc abrite en tout près de 130 espèces animales y compris toutes sortes de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, et de poissons.

Il ne faut pas oublier ses savanes, ses plaines ou encore ses marécages. Près de quatorze écosystèmes coexistent au sein de la réserve. Ils sont malheureusement menacés par les feux de forêt, le braconnage, la pêche illégale et l’exploitation de pétrole.

Le climat

Le Parc National Laguna del Tigre baigne dans un climat chaud et humide. De fortes pluies s’abattent sur la région entre juillet et décembre. Et des temps plus dégagés illuminent la forêt de janvier à juin. La température moyenne, elle, est de 30°C. En plus de la chaleur, une certaine humidité règne constamment dans la jungle.

Horaire et tarif

Le Parque Nacional Laguna del Tigre est ouvert tous les jours de 7h à 19h. La réserve est gérée par la Station Biologique Las Guacamayas. Leur tarif dépend de la durée de votre séjour et des services dont vous aurez besoin, y compris le transport, l’hébergement, la restauration, les activités et les prestations du guide.

1 photo

Bonjour

Je suis Alexia de "Kayala Voyage". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+50 256 353 656