Las Verapaces

Les amoureux de la nature et les amateurs de randonnées en pleine jungle aiment se rendre chaque année dans la région de Las Verapaces, au centre du Guatemala. Entouré par plusieurs chaînes de montagnes, ce vaste territoire regorge de réserves naturelles et d'incroyables sites consacrés à l’écotourisme.

Ses nombreux parcs nationaux abritent une végétation luxuriante, des espèces animales endémiques, de mystérieuses grottes traversées par des rivières souterraines et de magnifiques piscines naturelles.

Une baignade dans les lagunes de "Semuc Champey" est une expérience formidable. Les galeries souterraines de "Cuevas de Lanquín" sont fascinantes. Et les diverses villes de la région permettent de s’immerger dans la culture Amérindienne.

Histoire

Les Mayas Kekchí s’étaient établis dans l’actuelle région de Las Verapaces bien avant la conquête espagnole. Ils avaient construit de nombreux villages le long de la grande rivière Río Cahabón et commerçaient du cacao, de la vanille ou encore des plumes de quetzals avec les tribus Manche Ch'ol du Nord.

Leur territoire prit le nom de Tezulutlán ou “zone de guerre” à l’arrivée des Espagnols, au cours du XVIe siècle. La région devint un véritable champ de bataille entre les envahisseurs étrangers et les Mayas qui voulaient conserver leur indépendance.

Alors que la guerre faisait toujours rage, le prêtre dominicain Bartolomé de Las Casas entreprit une toute autre approche : une “pacification” non-violente. Avec d’autres hommes de prière issus de son ordre et quatre Mayas convertis au christianisme, il parcourut la Tezulutlán en annonçant l’Évangile.

Le message et les présents du prêtre trouvèrent écho parmi les Mayas, notamment auprès d’un grand chef Kekchí. Ce dernier accepta de se convertir au christianisme, prit le nom de Juan et demanda à ses vassaux de suivre la nouvelle religion. La mission de Bartolomé de Las Casas fut un franc succès. Le chef Don Juan l’aida même à convertir les villages aux alentours.

Vers 1543, les Dominicains s’étaient établis dans la région. La “zone de guerre” devint ainsi la “zone de paix” ou “Verapaces”. Plusieurs villes furent construites par les prêtres, notamment Cobán, Lanquín ou encore Salamá. Ils établirent également les Doctrinas, des institutions coordonnant les activités des localités. Au cours de la colonisation, ils enseignèrent les Saintes Écritures, l’espagnol et le commerce aux Kekchí.

En 1754, les Dominicains durent remettre l’organisation de leur Doctrinas entre les mains du clergé séculier. Et en 1829, ils furent expulsés du pays. Les Kekchí, eux, s’étaient établis dans les villes que les prêtres avaient construites.

Las Verapaces suscita l’intérêt des autorités dans les années 1990. Au cours de cette période, plusieurs parcs naturels virent le jour. Les Kekchí vivent toujours dans la région.

Las Verapaces aujourd’hui

Las Verapaces est située au centre du Guatemala, à une centaine de kilomètres au nord de la capitale du pays. La région est si vaste qu’elle couvre à elle seule deux départements : Alta Verapaz, au nord, et Baja Verapaz, au sud.

Tout le territoire est bordé par d'impressionnantes chaînes de montagnes et recouvert d’une épaisse forêt tropicale. Au milieu de la jungle, les animaux sauvages vivent en harmonie avec la nature. Devant de telles richesses environnementales, les autorités ont établi plusieurs réserves naturelles au sein de Las Verapaces.

Alta Verapaz

Le département d’Alta Verapaz constitue la partie nord de Las Verapaces. Pour explorer ses merveilles, il faut tout d’abord se rendre dans la ville de Cobán, sa capitale.

Le Parc National Semuc Champey se situe à quelques kilomètres à l’est de Cobán. Au sein de cette réserve naturelle, les pistes de randonnée en pleine jungle, les galeries souterraines et les incroyables piscines naturelles de couleur turquoise sont tout simplement merveilleuses.

La lagune du Parque Nacional Laguna Lachua est tout aussi incroyable, même si les baignades y sont interdites. Situé à 150 kilomètres au nord de Cobán, son beau belvédère offre une vue fantastique sur toute la région.

Toujours dans le Nord, les parcs naturels de Cuevas de Candelaria, Cuevas del Rey Marcos et Grutas de Lanquín permettent de découvrir d’incroyables grottes dont les stalagmites prennent des formes étranges.

Pour découvrir la faune locale, rien ne vaut une virée dans l’une des réserves naturelles du département, comme le Biotopo del Quetzal Mario Dary Rivera ou la Reserva de la Biosfera Sierra de las Minas. Sierra de las Minas possède des pistes de randonnées plus accidentées, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Elle abrite la plus haute cascade d’Amérique centrale, Chilascó où l’eau chute depuis 130 mètres de hauteur.

Baja Verapaz

Le département de Baja Verapaz se trouve dans le sud de la région de Las Verapaces. Sa charmante capitale, la ville de Salamá comporte quelques attractions qui en valent le détour, comme son Iglesia Colonial San Mateo, son Templo del Calvario ou encore sa Cerro de la Cruz.

L’attraction phare de cette partie de Las Verapaces est sans aucun doute le Corredor Biológico del Bosque Nuboso. Cette immense réserve naturelle abrite une importante variété de plantes comme des orchidées, des pins, des chênes ou des eucalyptus. Une partie du parc, le Biotopo del Quetzal, est consacrée à l’emblème du pays, l’oiseau Quetzal. Le long de ses pistes de randonnées, on peut tout de même rencontrer des singes, des salamandres ou encore quelques sympathiques rongeurs.

À Baja Verapaz, il ne faut pas manquer les incroyables chutes de Salto de Chilasco. Et une petite visite dans le beau musée de Rapiche ou dans la belle église de Rabinal permet d’en apprendre plus sur la vie des Autochtones.

Le climat

Las Verapaces baigne dans un climat subtropical où la température varie entre 10°C, 25°C voire 32°C suivant les parties de la région que vous visitez. Là-bas, la saison des pluies s’étend de mai à janvier, avec une petite baisse des précipitations en fin et en début d’année. La période sèche, elle, commence en février pour se terminer fin mai. Même à cette époque de l’année, une certaine humidité règne toujours au sein de la forêt.

Comment y aller ?

Par avion

Des vols domestiques desservent les villes de Cobán et de Salamá. Ainsi, vous pourrez facilement vous rendre au sein de l’une de ses villes depuis la capitale du Guatemala.

Par la route

Vous pouvez également rejoindre Cobán ou Salamá en prenant un bus depuis la gare routière d’Antigua, de Ciudad de Guatemala ou encore celle de Santa Elena si vous vous trouvez dans le Nord du pays.

Comment se déplacer dans la région ?

Des bus régionaux ou des pick up permettent de se déplacer librement dans la région et vous rendre d’une ville à une autre.

Quelques tuk-tuks parcourent généralement les rues de ces municipalités. Vous pourrez ainsi aisément visiter les attractions urbaines à bord de ces véhicules à trois roues.

11 photos

Bonjour

Je suis Alexia de "Kayala Voyage". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+50 256 353 656