Le mirador Juan Dieguez Olaverri

Admirer la beauté des montagnes de la région de Huehuetenango depuis le belvédère de Juan Dieguez Olaverri est une expérience unique. Ce paysage est magnifique. Le lever de soleil près de sa cabane immerge dans un curieux mélange d’émerveillement et de nostalgie. Prendre une photo à cet endroit peut être l’heureux dénouement ou le début d’une formidable aventure au Guatemala.

Histoire

La renommée de ce site provient d’un magnifique poème écrit par le juge Juan Dieguez Olaverri, "A los Cuchumatanes". Ses vers décrivent la beauté du Guatemala, ses impressionnantes montagnes, son paysage si merveilleux. Son auteur l’avait composé à un tournant de sa vie, alors qu’il était en exil au Mexique. Ce qui explique le sentiment de mélancolie suscité par les mots de son ouvrage.

Le poème "A los Cuchumatanes" dépeint si bien le paysage du belvédère de Chiantla que les autorités ont décidé de renommer le site en "Mirador de Juan Dieguez Olaverri". L’architecte Ronaldo Castillo conçut alors les plans d’une belle cabane en l’honneur de son auteur. Et les habitants de la région s’attelèrent à sa construction. Les vers de ce célèbre écrit furent gravés sur un beau monument aménagé au sommet de la montagne.

Visite du Mirador de Juan Dieguez Olaverri

Malgré le froid, se rendre sur le belvédère de Juan Dieguez Olaverri avant le lever du soleil est une merveilleuse expérience. Le site est situé à une dizaine de kilomètres de la ville de Chiantla, dans l’ouest du Guatemala.

En amont de la piste, près du parking, on remarque tout d’abord de curieuses stèles blanches disposées en cercle au bord d’un escarpement. Les vers d’un beau poème en espagnol sont inscrits sur le marbre de chaque bloc. Traduits en français par un bon guide, les mots de l’auteur confèrent une certaine nostalgie. Quelques enfants jouent près du monument et proposent aux visiteurs de leur citer par cœur des extraits du poème écrit par Juan Dieguez Olaverri, "A los Cuchumatanes".

De là, un sentier de terre monte sur une pente douce et mène à une cabane en bois au sommet de la montagne. Sur la route tapie par de la broussaille, on remarque les ruines d’une maison à gauche et une antenne-relais à droite.

Admirer le lever de soleil depuis la cabane du Mirador de Juan Dieguez Olaverri est tout simplement merveilleux. On peut observer au loin de hautes montagnes recouvertes d’un épais brouillard, la Sierra de los Cuchumatanes. Les sommets des volcans Tacaná, Tajumulco et Santa María se démarquent des pics de la région.

La lumière du soleil s’intensifie petit à petit et les formes des vallées recouvertes par la forêt commencent à se dessiner. À gauche, les édifices de la municipalité de Chiantla ressemblent à une agglomération de pierres blanches. Plus près, on peut observer les toits des quelques maisons de campagne construites à la base de la montagne.

Les bêlements d’un troupeau de moutons réveillent de la torpeur conférée par ce beau paysage. On remarque alors la cabane en bois qui se tient juste à côté, du moins ce qui en reste. Ses fondations et ses murs de pierre tiennent encore debout. Mais à l’étage, plusieurs planches ont été arrachées de ses cloisons, sa charpente et à son toit faits en bois. L’intérieur de l’édifice en ruine est également en piteux état. Des vandales se sont amusés à salir ses chambres et à apposer des graffitis sur ses murs.

Malgré l’état de la cabane, la vue du Mirador de Juan Dieguez Olaverri reste fascinante. Conjugué aux vers du célèbre poète qui lui a donné son nom, contempler son paysage suscite des émotions difficiles à décrire. Un curieux mélange entre l’émerveillement et la nostalgie.

Le climat

Toute la région entourant le Mirador de Juan Dieguez Olaverri baigne dans un climat plutôt tempéré. Là-bas, la température varie entre 17°C à 25°C en été et de 7°C à 21°C en hiver. La saison des pluies débute en avril pour se terminer en novembre. La période sèche s’étend de décembre à mars.

Le ciel est beaucoup plus dégagé de novembre à janvier. C’est donc le meilleur moment de l’année pour y faire un petit tour. La vue depuis le belvédère aux premiers rayons du soleil est délicieuse.

Comment y aller ?

Le Mirador de Juan Dieguez Olaverri est uniquement accessible par la route. Depuis la gare routière de Ciudad de Guatemala, embarquez à bord d’un bus pour la ville de Huehuetenango. De là, vous devrez prendre un autre car pour la municipalité de Chiantla. Là, il vous suffit de prendre un taxi pour le belvédère. Le voyage depuis la capitale du pays dure au total dans les huit à neuf heures.

Horaire et tarif

L’accès au Mirador de Juan Dieguez Olaverri est totalement gratuit. Le site est ouvert tous les jours et peut être visité à n’importe quelle heure de la journée.

4 photos

Bonjour

Je suis Alexia de "Kayala Voyage". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+50 256 353 656